Que faire face à l’épidémie des feux de forêt qui dévastent la planète ?

Global Warming Caused by Continuous Carbon Emissions

L’attention des médias est actuellement dirigée vers l’épidémie du virus Corona. Mais, qu’en est-il des incendies qui brûlaient les sanctuaires de biodiversité ? La réponse est donnée par la carte fournie, ce jour, par le service de récolte d’information sur les incendies de la NASA (voir la figure 1 ci-dessous). En Amérique du Sud, les feux qui brûlent la forêt tropicale Amazonienne battent des records. Une série d’incendies encore plus importants ravage l’Afrique. En Australie, les feux de brousse sont inarrêtables. Les images satellites montrent que le Sud-Est asiatique brûle aussi. Même la plus grande forêt du monde, la Taïga, qui s’étend du nord de la Russie jusqu’au nord de l’Amérique a subi des feux de forêt sans précédent pendant de longs mois.

C’est profondément déprimant de voir cette destruction massive de millions d’arbres. Nombreux ceux qui avaient mis plusieurs décennies à pousser, tout en produisant notre précieux oxygène. Certains l’avaient fait pendant plusieurs siècles. Ce massacre est d’autant plus traumatisant que de millions d’animaux se trouvent piégés, étouffent ou sont brûlés vifs.

Que pouvons-nous face à ce désastre ?

Forest Fires Worldwide NASA Map
Figure 1. Image satellite des incendies fournie par la NASA (zones rouges)

Les feux de forêt : Phénomène naturel ou provoqué par l'homme ?

Les recherches montrent qu’il est naturel d’avoir des incendies dans les forêts. Cependant, les événements que nous vivons vont bien au-delà des régimes d’incendies naturels. L’activité humaine en est la cause. Elle provoque une augmentation des départs de feux de forêt, de leur fréquence, ainsi que de l’intensité et de la durée des incendies.

Les dommages irréversibles que subit l’environnement renforcent le cercle vicieux du changement climatique (voir la figure 2 ci-dessous). Les incendies ont plus tendance à se produire durant les périodes sèches, avec de fortes températures. Les arbres qui brûlent dégagent du dioxyde de carbone. L’effet de serre s’intensifie par ce surplus d’émissions de CO2. Cela conduit à des périodes sèches plus longues, avec des températures encore plus fortes, provoquant ainsi davantage d’incendies.

Cercle vicieux simplifié du changement climatique et des émissions de carbone
Figure 2. Cercle vicieux du changement climatique

Les conséquences du changement climatique dépassent ce qu'on croit​

Les plantes et les animaux payent le prix fort. Certaines espèces risquent même de s’éteindre. Mais, ce n’est pas la seule conséquence du bouleversement climatique. Les fumées et les cendres rendent l’air irrespirable dans de trop nombreuses villes, avec une recrudescence des maladies respiratoires et des morts prématurées qui en découlent.

Ce désastre environnemental a aussi de lourdes conséquences financières. Sur le plan individuel, on ne compte plus les gens qui perdent leur foyer, voire tous leurs biens du fait d’incendies ou d’inondations.

Direct costs of wildfire on the economy of California
Figure 3. Coût directes des incendies de 2019 en Californie

Faisons-nous les bonnes choses pour sauver la planète ?

Depuis de nombreuses années, j’ai fait de mon mieux pour suivre les recommandations et combattre le changement climatique. En hiver, mon domicile est chauffé à 19 degrés. Le thermostat baisse à 17 degrés la nuit, pour le sommeil, et le jour quand tout le monde est sorti. Cela diminue la consommation d’énergie du chauffage et les émissions qui en découlent.

Cela fait plus de 10 ans que je fais le trajet domicile-travail à vélo, toute l’année, en toute saison. Pas de voiture, pas de carburant, pas d’émissions, pas de réchauffement climatique. Pour de plus grandes distances, je privilégie les transports en commun. J’ai également réduit ma consommation de viande.

Mais, la vue de toutes ces forêts qui brûlent me déprime. Je me demande si ce que je fais est vraiment utile. Dois-je le faire différemment ? Dois-je faire autre chose ?

Un espoir : Agir main dans la main

Les Nations Unies ont choisi 2020 pour qu’elle soit l’année internationale de la santé des plantes  (voir la vidéo ci-dessous). Ce “label” encouragera certainement l’émergence d’initiatives en faveur de la planète. Le mouvement #JoinTheCountdown initié par TED en est un exemple majeur. Mais, il ne devrait pas être le seul.

Nous avons besoin d’une diversité de solutions, grandes et petites, avec des jeunes et des plus vieux, avec des individus, des associations et des entreprises. Chaque goutte compte !

Alors, passez à l’action, maintenant !

Des actions simples peuvent sauver la planète

De petits pas répétés peuvent être efficaces pour sauver la planète. Il faut juste continuer d’avancer. L’effet cumulé de nos efforts collectifs évitera à nos forêts d’être réduites totalement en cendres.

Pour démarrer, une action simple consiste à faire circuler le message. Parlez en à votre famille, à vos amis et à vos collègues. La conversation planétaire va nourrir et inspirer l’action.

Alors, s’il vous plaît, partagez vos idées et vos actions avec tout le monde, sur chaque canal, et sur chaque réseau social.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.